Posts Tagged ‘baisse des prix’

Les crédits relais sont notre subprimes à la française…

Vous êtes vous déjà posé la question, de quel est le nombre de foyers, ayant souscrit à un crédit relais entre 2007 et aujourd’hui???

beaucoup!… trop.

Tous ces derniers se sont retrouvés coincés avec un bien difficilement vendable, et un crédit sur le dos difficilement gérable pour maintenir une situation financière personnelle saine…

Et lorsque tous ces crédits relais vont arriver à terme, que va t’il se passer??

Saisies immobilières bien sûrs: pleins de biens à prix discount vont revenir sur le marché!

A ce type de saisie, nous pourrions aussi prévoir d’autres saisies dûe aux faillites personnelles issues de la crise financière que nous connaissons actuellement (hausse du chômage oblige)

Ensuite lorsque l’on me répond que les taux de la BCE vont baisser, et que ça va permettre d’amortir la baisse des prix; il y a surement une part de vrai – TOUTEFOIS – n’oublions pas que les fonds propres des banques sont aujourd’hui rares (pertes obliges), que les fonds propres prêtés par l’Etat doivent être rémunérés, et que le prix des biens restent survalorisés par rapport à 4 années de hausses purement entretenues par la facilitation des prêt et des taux d’intérêts historiquement très bas.

Malgré une éventuelle baisse des taux de la BCE, les conditions d’emprunt resteront bien plus difficile et couteuse que ce que ces 10 dernières années.

Dernier point:

n’oublions pas que la hausse de l’immobilier de ces 10 dernières années fut principalement du à 3 facteurs:

A l’origine des investissements bon marchés et très attirants pour les investisseurs (taux de rentabilité pour le locatif + plus value possibles): ces 2 points n’étant plus respectés, a plus d’investisseurs (ou des pigeons mais pour moi ce ne sont pas des investisseurs)

Des conditions d’emprunt facile et un coût réduit quant aux intérêt financiers, ouvrant ainsi la possibilité aux masses de pouvoir devenir propriétaire, donc beaucoup de demande: conditions de crédit n’existant plus et qui dans tous les cas n’existera plus avant un bon moment (les banques doivent reproduire une quantité colossales de fonds propres).

Enfin un effet de mode: vu le nombre de pigeons que ce sont fait avoir – a plus d’effet de mode (sauf pour les has been).

Alors?…

On fait comment pour vendre??…!




Les crédits relais sont notre subprimes à la française…

Vous êtes vous déjà posé la question, de quel est le nombre de foyers, ayant souscrit à un crédit relais entre 2007 et aujourd’hui???

beaucoup!… trop.

Tous ces derniers se sont retrouvés coincés avec un bien difficilement vendable, et un crédit sur le dos difficilement gérable pour maintenir une situation financière personnelle saine…

Et lorsque tous ces crédits relais vont arriver à terme, que va t’il se passer??

Saisies immobilières bien sûrs: pleins de biens à prix discount vont revenir sur le marché!

A ce type de saisie, nous pourrions aussi prévoir d’autres saisies dûe aux faillites personnelles issues de la crise financière que nous connaissons actuellement (hausse du chômage oblige)

Ensuite lorsque l’on me répond que les taux de la BCE vont baisser, et que ça va permettre d’amortir la baisse des prix; il y a surement une part de vrai – TOUTEFOIS – n’oublions pas que les fonds propres des banques sont aujourd’hui rares (pertes obliges), que les fonds propres prêtés par l’Etat doivent être rémunérés, et que le prix des biens restent survalorisés par rapport à 4 années de hausses purement entretenues par la facilitation des prêt et des taux d’intérêts historiquement très bas.

Malgré une éventuelle baisse des taux de la BCE, les conditions d’emprunt resteront bien plus difficile et couteuse que ce que ces 10 dernières années.

Dernier point:

n’oublions pas que la hausse de l’immobilier de ces 10 dernières années fut principalement du à 3 facteurs:

A l’origine des investissements bon marchés et très attirants pour les investisseurs (taux de rentabilité pour le locatif + plus value possibles): ces 2 points n’étant plus respectés, a plus d’investisseurs (ou des pigeons mais pour moi ce ne sont pas des investisseurs)

Des conditions d’emprunt facile et un coût réduit quant aux intérêt financiers, ouvrant ainsi la possibilité aux masses de pouvoir devenir propriétaire, donc beaucoup de demande: conditions de crédit n’existant plus et qui dans tous les cas n’existera plus avant un bon moment (les banques doivent reproduire une quantité colossales de fonds propres).

Enfin un effet de mode: vu le nombre de pigeons que ce sont fait avoir – a plus d’effet de mode (sauf pour les has been).

Alors?…

On fait comment pour vendre??…!

Les prix de l’immobilier ont augmenté de l’orde de 140% en 10 ans de temps. Une énorme bulle spéculative a vu le jour, nombre d’acquéreurs ayant pour seul but de revendre avec une plus-value sur leur bien, un comportement hautement spéculatif.

Rien d’autre n’explique plus la hausse vertigineuse et irrationnelle des prix. Le manque de logement ? Où est-il ? Les stocks d’invendus sont énormes. Sur le seul site "se loger.com", il y a plus d’un million d’annonces !

C’est vrai qu’on assiste à un credit crunch (rétrécissement du crédit) mais même sans, la bulle immobilière aurait fini par éclater. Et c’est fait, et bien fait. D’après l’économiste Jacques Friggit, les prix de l’immo vont baisser dans les 5-7 ans à venir de l’ordre de 30-40%. Parmi la foule d’infos tenant plutôt à la propagande, on a de temps en temps un peu de parler vrai.

Et puis n’oublions pas que les biens immobiliers ne sont pas que des lieux d’habitation mais aussi des actifs, au même titre que les actions ou les matières premières. Or, nous connaissons le début de la pire crise économique depuis 1929, avec un joli risque de déflation, comme celle que connait le Japon depuis les années 90. En période de déflation, la valeur des actifs tend à diminuer.

Bref, investir dans un bien immobilier à l’heure actuel est un bien mauvais calcul. Patience, patience…
et… noyeux joël!!!
@Olivier T: vu les chiffres que tu nous présentes, tu ne dois surement pas habiter sur Paris…


J’ai acheté un appart il y a 1 an 1/2. Bon standing, bon quartier, calme, etc.
Suite à des pbs pros, et à la hausse des taux, je n’arrive plus à rembourser mes mensualités. J’ai donc décidé de revendre, d’empocher une plus-value, et d’acheter plus petit, ou une location.

Prb 1: Cela fait + de 6 mois que j’ai mis en vente, dans 3 agences, sans résultat. On m’a dit que les mesures gouvernementales avaient bloqué le marché, et qu’après le 6 mai ça allait repartir de plus belle, mais toujours aucun signe encourageant.
J’ai baissé mon prix 2 fois juqu’aux prix auquel je l’avais acheté !).
Prb 2, j’ai fait mes calculs, si j’arrive à vendre mon appart au prix proposé, je perds pas mal d’argent en remboursant ma banque (crédit sur 25 ans).

Ce matin, on m’a dit que l’immobilier avait entamé une phase de baisse + ou – importante. Je pensais que c’était impossible, mais visiblement, cela est arrivé plusieurs fois dans le passé.

Comment faire face à une baisse des prix, dans mon cas ?


Powered by Yahoo! Answers